Farm Work : astuces et conseils

Trouver un bon boulot pas trop harassant dans une ferme avec un employeur réglo et qui ne vous fera pas travailler comme un esclave peut s’avérer être compliqué. C’est pourquoi nous vous proposons ce petit article afin de connaître les meilleurs plans pour obtenir un bon farm work, vous ouvrant les portes à une deuxième année de WHV en Australie.  

Vous êtes tombé amoureux de l’Australie et ne voulez pas quitter le pays ? Alors foncez faire votre travail  de 88 jours à la ferme, qui devra être réalisé AVANT d’arriver au terme de votre première année de working holiday visa. Vous craignez probablement de souffrir d’un patron exigeant, de mauvaises conditions de travail, le tout dans un trou paumé ! Mais pas de panique, suivez ces quelques conseils, et vous passerez surement du bon temps avant de pouvoir profiter de votre deuxième année en Australie.

Les employeurs à éviter absolument 

Lorsque vous rechercherez votre boulot régional, vous tomberez sur trois types d’employeurs : 

  • Ceux qui recrutent dans certaines auberges de jeunesses.
  • Ceux qui font l’intermédiaire entre l’auberge et l’employeur.
  • Ceux qui recrutent directement sur place.

Pour chacun d’entre eux vous pourrez entendre des retours positifs et négatifs, ce qui ne doit pas pour autant définir l’employeur type ou celui à éviter.

En général, les employeurs à éviter son ceux qui parlent peu et ne vous donnent pas assez d’informations, refusent la moindre de vos demandes, ne payent pas dans les temps, ont de mauvais commentaires et critiques en ligne, ou encore ceux qui vous rabaissent et vous prennent de haut. 

La meilleure chose à faire reste de vous fier à votre instinct, si vous avez un mauvais presentiment à propos de l’employeur et du travail qu’il vous offre, surtout n’y allez pas. Il en va de même pour les offres trop belles pour être vraies !

Les questions à poser à l’employeur   

Lorsque vous postulez pour un farm work, il n’y a quasiment jamais d’entretien d’embauche formel tel que vous le connaissez. Ce qui rend le travail beaucoup plus rapide et simple à trouver, mais peut occasionner quelques désagréments.

Les employeurs auront des attentes précises vous concernant, c’est pourquoi vous devrez leur poser certaines questions afin d’être sûr que le job vous convient.

  • Quel jour suis-je payé ?

La plupart des employeurs vous paieront par semaine, mais cela peut varier, alors n’oubliez pas de demander également vos bulletins de paie.

  • Quelles sont les horaires de travail ?

Vous aurez normalement un emploi du temps journalier fixe, mais si ce n’est pas le cas, assurez voir d’avoir un accord verbal avec l’employeur sur le nombre maximum d’heures à effectuer par jour.

  • Quel est mon statut de travailleur ?

Le paiement peut varier selon un statut en temps plein, temps partiel ou casuel.

  • S’agit il d’un 7 days sign off contrat ?

Vous voudrez surement finir vos 88 jours de ferme le plus vite possible, il serait donc préférable que votre employeur vous fasse un contrat de 7 jours par semaines (40 heures de travail) ce qui est courant, mais attention certain peuvent vous compter 4 jours seulement pour le même nombre d’heures.

  • Avez vous besoin d’amener un équipement ?

Vous aurez peut être besoin de vous équiper de bottes, gants, visière de protection et autres afin d’executer votre travail en toute sécurité. Il est donc préférable d’acheter ces équipements en ville où ils seront moins cher qu’à la campagne.

  • Pour combien de temps l’employeur à t’il besoin de vous ?

La plupart du temps les employeurs ne peuvent pas vous dire exactement combien de temps ils auront besoin de vous, mais mieux vaut demander, car si il s’agit d’un dur labeur de 2 ou 3 semaines seulement la question de s’y rendre ou non se pose.

  • Quelles sont les conditions d’hébergement ?

Si vous résidez dans une auberge, demandez combien de lits comporte la chambre et quelles y sont les commodités. Jetez également un coup d’oeil sur les avis en ligne.

  • Avez vous quoi que ce soit à payer ?

Quelle sera votre surprise lorsque votre employeur prélèvera sur votre salaire la location de la chambre,  l’eau et l’électricité ! Autant vous éviter ce genre de désagréments et poser la question avant.  

Quel est le paiement le plus avantageux ?

Vous serez payé à l’heure, au rendement, ou bien d’un mélange des deux. Avec un paiement basé sur le rendement, vous serez poussé par la motivation de gagner plus d’argent en étant le plus productif possible, cela peut aller jusqu’à $30/heure et donc avoisiner les 1000$ par semaine.

Avec un paiement horaire, vous aurez plus de certitudes sur le montant de votre salaire à la fin de la semaine; pas de stress de rendement.

Si vous avez la possibilité de choisir, demandez à votre employeur quelques jours d’essai payés au rendement, ce qui vous permettra de juger de la difficulté afin d’atteindre vos objectifs dans le but d’avoir le meilleur salaire possible. Il faut bien savoir que la rémunération au rendement peut revenir à être payé en dessous du salaire minimum si vous n’êtes pas assez productif.

A quoi les Backpackers doivent ils s’attendre ?

Même si chaque expérience est différente, voici quelques indications sur ce qui devrait vous attendre au cours de votre farm work :

  • Un travail dur et parfois pénible  
  • Des changements d’horaires 
  • De nouveaux amis
  • Des journées plus durs et longues que d’autres
  • Se lever à l’aube
  • Une chaleur caniculaire en été 

Comment éviter les employeurs avec une mauvaise réputation ?  

Comme dit précédemment dans cet article, les entretiens formels sont rares, et ne permettent pas tout le temps de savoir sur qui ont va tomber.

Cependant, grâce à internet, vous pourrez obtenir des informations sur votre futur job et votre employeur avant votre arrivé.

Sur Google tapez les combinaisons suivantes afin d’avoir plus d’infos :

  • “Farm work” + “(type de travail)” + “(localisation)” + “news”
  • “Regional work” +”(type de travail)” + “(nom de l’employeur)”
  • “Working hostels” +(localisation)” + “news”

Enfin si vous savez dans quelle auberge vous résiderez, allez jeter un coup d’oeil sur leur page Facebook, vous trouverez de nombreux avis et commentaires.

Que faire lorsque l’on tombe sur un employeur malveillant ou malhonnête ?

Tout d’abord quelques précisions, si votre employeur ne nuit pas à votre intégrité physique et morale, que vous ne travaillez pas dans des conditions déplorables et que vous êtes payé toutes les semaines, alors vous n’avez pas de quoi vous plaindre. 

Dans le cas contraire, et si l’employeur vous impose un nombre d’heure insurmontable, avec des conditions trop difficiles, tel que le fait de ne pas pouvoir boire lorsque vous en avez besoin, alors vous pourrez prendre des actions en justice contre lui. Il est important avant de tenter quoi que ce soit de bien s’informer sur ses droits et l’illégalité ou non des agissements de l’employeur. 

N’oubliez pas que poster des avis et commentaires sur les réseaux sociaux et le net sera d’une grande utilité pour les backpackers qui tenteront l’experience après vous.

Ce post peut vous sembler pessimiste, mais nous souhaitons simplement vous avertir des risques du travail à la ferme afin que vous puissiez les éviter. Rappelez vous; votre temps en Australie est précieux et personne n’a le droit de profiter de vous. Si vous allez faire votre farm work avec une bonne mentalité, prêt à travailler dur , alors vous passerez un superbe moment pendant ces 88 jours, en rencontrant des amis que vous garderez surement à vie, tout en pouvant être fier de votre travail une fois votre deuxième année de visa en poche !